bang bang – Manuel Roque  / Théâtre Prospero / le Groupe de la Veillée

Portrait_Manuel-Roque_cr_pas-de-credit-600x680

 .

bang bang

Manuel Roque 
 
Célébration des battements de la vie,
bang bang teste la résistance du corps à devenir léger.
Au risque de tomber.
.
.
.
Du 2 au 5 Juin 2017
 .
.
.

Dans ce nouveau solo, Manuel Roque éprouve toute la pesanteur d’un corps qui se jette hors de lui. Après Data (FTA, 2015), qui révélait avec force et lyrisme les contorsions qu’il y a à se tenir debout, il livre ici une composition étrange et extatique sur le saut. Célébration des battements de la vie, bang bang teste la résistance du corps à devenir léger. Au risque de tomber.

Se jouant de l’histoire de la danse, le saut ici décliné n’a plus rien de l’élévation spectaculaire. Il bat le sol avec insistance comme s’il n’allait plus cesser de rebondir, de vibrer. Par une chorégraphie qui dévoile l’humanité dans l’imperfection, l’interprète poursuit la pleine maîtrise de sa gestuelle. Jaillit une danse aussi fougueuse qu’insaisissable, véritable quête de dépassement. La virtuosité révèle ses failles à mesure que les brèches s’ouvrent dans le corps endurant. C’est alors que de l’épuisement surgit l’expérience universelle de la vulnérabilité.

.

.

 .
Manuel Roque (Montréal)
Cie Manuel Roque
 .
.
.

Manuel Roque s’inscrit dans le paysage de la danse québécoise comme un artiste des plus charismatiques et éclectiques. Après une formation multidisciplinaire en piano, en théâtre et en cirque, il accomplit le grand saut qui le propulse dans le monde de la danse. Il endosse rapidement le rôle d’interprète pour des chorégraphes aux écritures aussi fortes et variées que Paul-André Fortier, Sylvain Émard, Marie Chouinard ou Peter James, pour ne nommer qu’eux. Tout en poursuivant ses collaborations avec le milieu du cirque, l’enseignement et les interprétations, il se lance dans la création chorégraphique.

Avec sa pièce RAW-me, il conquiert le public et remporte de nombreux prix au Festival Vue sur la Relève en 2011. Qu’il s’agisse de Ne meurs pas tout de suite, on nous regarde (2012), Projet in situ (2013), 4-OR (2015) ou Crazy Dance (2016), son style flirte tantôt avec une théâtralité colorée, tantôt avec une physicalité rigoureuse.

Reprise l’année suivante au FTA, Data (2014) représente la consécration de la signature chorégraphique de Manuel Roque, avec son esthétique épurée et la virtuosité de sa gestuelle.

Invité à prendre part à la résidence internationale Migrant Bodies en 2014-2015, il crée Matière noire, un solo entièrement dansé dans la pénombre qui témoigne d’une sensibilité à la question des migrants. D’un projet à l’autre, il est de ces artistes qui osent se jeter dans l’inconnu à chaque occasion, endossant pleinement la prise de risque nécessaire à la réinvention perpétuelle de son art.

 .
.
.
Billets (ici)

..

 wizz rose (2)

 

Théâtre Prospero / le Groupe de la Veillée
1371 Ontario est
Montréal (Québec)
H2L 1S2
Canada
514-526-7288 poste 303
.
.
.
.

.

Achat (ici)
.
.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s